La dépigmentation

Au commencement, il y avait en Afrique Noire, des femmes au teint couleur de café grillé, des femmes couleur bananes d’ or, des femmes couleur terre des rizières. Aujourd’hui, lorsqu’ on se promène dans la plupart des villes africaines, on remarque que les femmes au teint noir sont en voie de disparition. La majeure partie de nos soeurs pratiquant la dépigmentation communément appelée "tcha tcho". Il n’ est donc pas étonnant de rencontrer des femmes à deux ou trois couleurs de peau. Les plus malchanceuses se retrouvent avec un visage brûlé au second degré, des tâches et points noirs sur le corps, des vergetures sur les seins, poitrine et cuisses... L’ampleur de ce nouveau phénomène de société nous a poussé à nous intéresser à la question. Nous avons rencontré à cet effet des jeunes femmes "tout teint confondu" qui ont bien voulu nous donner leur avis.

Entretien avec une femme de teint noir :

 Bonjour Astou. Pourquoi n’êtes-vous pas tentée de changer de teint comme le font beaucoup de filles de votre génération ?

 Parce que je ne ressens aucun complexe d’infériorité avec ma couleur de peau.

 Certains affirment que les femmes qui s’éclaircissent ont plus de succès auprès des hommes. Etes-vous du même avis ?

 Je pense que cela est discutable. Il est vrai que les hommes africains et particulièrement nos hommes maliens ont un penchent plus prononcé pour les claires. J’ignore pourquoi, mais pour ma part, je n’accepterai jamais de me dénaturer pour faire plaisir à la gent masculine.

 A quoi est dû ce phénomène selon vous ?

 A une crise d’identité et à la déperdition des moeurs. Aujourd’ hui, l’ africain n’ a plus de repères pour s’orienter. Tous nos actes et pensées sont singés, mimés sur l’Occident et l’Amérique.

Entretien avec une "tchatcho" :

 Madame, avec votre teint clair très prononcé, je présume que les passants doivent beaucoup se retourner sur votre passage.Est-ce votre couleur naturelle ?

 (Rires) Non.

 Pourquoi avez-vous utilisez des éclaircissants ?

 Parce que, au Mali, les hommes préfèrent les femmes claires.

 Qu’est-ce qui vous pousse à affirmer cela avec exactitude ?

 J’ai été victime d’une telle mésaventure.Durant cinq ans, je suis sortie avec un homme qui du jour au lendemain m’a laissé tomber pour une fille plus claire que moi. Pour reconquérir mon homme, une copine m’a conseillé de recourir aux "produits".

 Et ça a marché ?

 Comme sur des roulettes.Dès lors, j’ai pu regagner l’amour de mon ami qui doit m’épouser sous peu.

Entretien avec un commerçant du grand marché de Bamako :

 Bonjour monsieur. Entre une femme noire et une plus claire, quel serait votre choix ?

 Je préfère la claire.

 Pourquoi ?

 Parce que j’ ai toujours aimé être accompagné par des femmes claires car je trouve qu’elles sont plus belles.

 Donc, vous liez la beauté d’une femme à sa couleur de peau. Que faites-vous alors de son caractère ?

 En général, ce problème ne se pose pas.

 Ne serait-ce pas vous et vos semblables qui poussez nos soeurs à se dépigmenter ?

 Ah non, je ne suis pour rien au fait que les femmes utilisent les "produits".Elles le font parce qu’ elles en ont tout simplement envie.

 Dites-moi, êtes-vous déjà sorti avec une "tcha tcho" ?

 (Hésitations).Oui.

 Pouvez-vous nous dire si avez-vous eu à lui acheter des produits éclaircissants ou à lui donner de l’argent à cette fin ?

 Moi je me contente juste de lui donner de l’argent de poche. Pour ce qui est de l’usage qui en ait fait, je ne m’en préoccupe pas.

Entrevue avec un cadre supérieur de banque :

 Comme justificatif, les utilisatrices d’éclaircissants arguent que les hommes aiment surtout les teints clairs. Etes-vous de cet avis, Mohamed ?

 Absolument pas. Je pense que c’est un faux prétexte.Personnellement, j’ai une sainte horreur de ces nouvelles zombies qui pullulent actuellement dans le pays.J’ai ma seconde épouse qui avait commencé à s’y adonner un moment.Et j’ai dû recourir à la répudiation pour lui faire comprendre mon aversion à cette pratique.

Conclusion :

Comme nous le constatons, les avis restent très controversés. Hybridation pour certains, aliénation profonde pour d’autres, l’utilisation des éclaircissants traduit un mal être profond de celles qui s’y adonnent. Mal être dû à un manque de confiance en soi et en ses valeurs intrinsèques.

.N’ oublions pas que ces produits éclaircissants, soient disant source de beauté peuvent être à la base de nombreuses maladies de peau et même de cas de cancer ou de cécité. Il serait vraiment temps que les africains et particulièrement nos soeurs africaines se reprennent et soient fières de leur peau afin de mieux revendiquer leur identité culturelle. Tout est devenu matière à imitation sans souci de sélection préalable. Nous devons apprendre à ne puiser chez l’ autre que ce qui nous paraît utile à notre développement. Si cela n’ est pas, nous nous acheminons vers une auto-extermination de la race noire.

A mes soeurs du fier continent noir, ces quelques strophes de Léopold Sédar Sengho :

"Femme nue, femme noire Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté J’ai grandi à ton ombre ; Et voilà qu’au coeur de l’Eté et de Midi, Je te découvre, Terre promise, du haut d’un haut col calciné Et ta beauté me foudroie en plein coeur, comme l’éclair d’un aigle

Femme nue, femme noire Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l’éternel Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les racines de la vie".

DB - 1999 à Bamako