Aminata Doumbia alias "Amy-D", révélation hip hop au Mali

"La monogamie n’est pas forcément un abri sûr pour la femme"

Sa passion est à la hauteur de son talent. Aminata Doumbia dite "Amy-D" ou Mimi, c’est d’elle qu’il s’agit, se positionne aujourd’hui comme la voix la plus prometteuse du hip hop malien voire africain. D’ailleurs cette ambition éclate sur son premier album solo, "Sya", disponible sur le marché depuis le 28 juillet 2005. Une œuvre qui s’illustre par des featuring avec des stars telles que Lassy King Massassy (son époux), Cheick Tidiane Seck ou Kwal. Une somptueuse autoproduction de 8 titres distribuée en Afrique par Mali K7. Profil de la plus prometteuse révélation du Hip Hop en cette fin d’année.

" J’ai la musique dans le sang ", entonne Amina Doumbia dit Amy D. La nouvelle révélation du Hip Hop malien ajoute, "Je dois tout à la musique. Tout ! Pour taquiner le Roi (King), je lui dis que la musique est mon premier mari. Je ne vois pas ma vie sans la musique. Je ne me vois pas faire autre chose que la musique. Je dois tout à la musique. C’est grâce à elle que j’ai rencontré mon époux et j’ai parcouru le monde en faisant de merveilleuses rencontres. Je dois tout à Dieu, à mes parents et à la musique". Cette passion du rythme se sent sur son premier album solo, Sya (Source). Un titre évocateur qui sonne la révolte sans le présager. "Sya signifie l’ethnie, mais aussi la source et l’origine. A travers ma musique, je cherche à me retrouver, à retrouver mes racines. Dans la vie, il faut toujours savoir qui on est, d’où on vient... Comme dit l’adage : si tu ne sais où tu pars, regardes d’où tu viens. On peut ainsi mieux vivre. C’est à cet exercice que j’exhorte mes fans voire tous les Maliens. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de difficultés parce nous négligeons nos valeurs sociales et culturelles", dit Mimi. Une révolte qui se précise dans les autres titres comme "Dugujèra" (Le jour s’est levé) par exemple.
"Dans cette chanson, je dis aux Africains qu’il fait jour et qu’il est temps qu’on se réveille pour prendre notre destin en main. L’Afrique ne peut pas se développer tant que son sort est décidé par d’autres nations qui ne peuvent que privilégier leurs intérêts. L’Afrique est riche de ses matières premières, elle est riche de ses valeurs sociales et culturelles à partir desquelles nous pouvons puiser l’énergie nécessaire pour prendre notre destin en main".

Un engagement éclairé
Pour la charmante et élégante Amy-D, les difficultés de développement des pays africains sont d’ordre culturel. "Evidemment ! Le mimétisme nous pousse à suivre les autres sans chercher à savoir où ils nous conduisent. L’essentiel des difficultés que nous rencontrons est dû au fait que nous vivons au-dessus de nos moyens. C’est ce qui engendre des maux comme la gabegie, la délinquance financière et la corruption. Des entraves sérieuses au développement de nos pays et de notre continent. Et c’est parce que nous nous sommes reniés et que nous avons rejeté toutes nos valeurs socioculturelles positives que nous sommes à ce niveau".
Sya, c’est aussi un album au service de l’émancipation féminine. "J’y évoque les problèmes de société, je chante l’amour à travers Sarama et je rends hommage à la Femme, surtout aux femmes rurales. Celles-ci méritent une attention particulière de la part des décideurs et des partenaires au développement car les problèmes des citadines ne sont généralement rien à côté de leurs préoccupations quotidiennes. Leur vie est généralement un vrai calvaire parce que condamnées à se battre avec leurs maigres revenus pour survivre. Leurs besoins en santé, en éducation... en bien-être social sont loin d’être pris en charge", swingue la rappeuse.
Et pourtant, comme elle s’en offusque, "des ONG passent tout le temps à mobiliser des sommes colossales au nom de ces braves mais malheureuses femmes. Mais personne ne voit l’impact de leur intervention sur le sort de ces pauvres femmes. Où va alors l’argent collecté en leur nom ? Je me dis sincèrement que beaucoup de prometteurs d’ONG profitent de la misère des femmes rurales pour s’enrichir. Il est temps que cela change. Elles n’ont pas besoin d’être assistées éternellement, mais qu’on leur donne les moyens de prendre leur destin et celui de leur communauté en main".

Jamais sans la musique
Comme elle le disait plus haut, c’est une passion dévorante qui la lie à la musique. "J’ai la musique dans le sang. J’ai commencé à chanter depuis ma tendre enfance. Et petit à petit, j’ai pris goût à la musique en chantant à l’école et lors des kermesses. En 1996, des jeunes ont crée un groupe de rap dans mon quartier (Djélibougou), les Sofas (l’un des premiers groupes de rap au Mali voire en Afrique de l’Ouest). J’ai fréquenté ce groupe qui n’a pas fait long feu. Certains membres ont ensuite fondé le King Da Dja (1997-99) et m’ont fait encore appelle. C’est avec cette formation que j’ai réellement fait la première vraie scène de ma carrière. Malheureusement, ce groupe n’a pas eu non plus longue vie. Je me suis débrouillé ensuite avant que Salif Kéita ne me fasse appelle comme choriste en 2000. J’ai joué pour la première fois avec lui à Ouagadougou (Burkina Faso)", nous explique-t-elle. Si au départ elle s’est heurtée à l’opposition de ses frères et oncles, qui souhaitaient la voire faire une étude sérieuse, l’orpheline de père a toujours su compter sur le soutien et la complicité de mère pour progresser dans ses ambitions. Comme c’est souvent le cas, c’est la passion qui a finalement pris le dessus. En effet, Mimi a quitté le lycée en 10è lettres pour l’Institut national des arts (INA) qu’elle a par la suite abandonné. "J’étais constamment sollicité pour animer des manifestations ou comme choriste. Quand j’ai commencé avec Salif, j’avais du mal à me libérer pour les tournées. Finalement, j’ai opté pour ma carrière", explique-t-elle. Toutefois, elle confesse que l’envie de reprendre avec les études est de plus en plus forte en elle.

Priorité à la carrière solo
Présentement, elle a rompu avec le Rossignol manding pour se consacrer à sa carrière solo. "Je n’aime pas tricher dans le travail. Je ne me sentais plus en mesure de donner satisfaction à Salif. J’ai donc préféré rompre en fin 2004. Je n’avais pas assez de temps parce que non seulement j’étais enceinte (elle est mère d’une charmante fille qu’elle a eu avec son mari, le rappeur Lassine Coulibaly alias Lassy King Massassy, NDLR) et j’étais en train de préparer mon album solo. Je pense que ce sont des raisons objectives qui m’ont poussé à arrêter. Et je pense que Salif l’a compris ainsi".
Une expérience enrichissante qui lui a permis de trouver des repères sur le chemin de la réalisation de ses ambitions. "J’ai beaucoup appris avec Salif Kéita. Et sur tous les plans. D’abord travailler avec Salif est un honneur, un privilège et une chance pour tout jeune artiste comme moi. Avec lui, j’ai acquis de l’expérience et je me suis fais plein de relations dans la vie et dans le show biz. Beaucoup de portes s’ouvrent à moi avec assez de faciliter. Grâce à lui, j’ai rencontré une grande partie des rappeurs qui interviennent sur mon album, j’ai fait la connaissance des stars comme Diana King, Amadou et Mariam, Neneh Cherry, Cheick Tidiane Seck et j’ai partagé la scène avec un monstre sacré comme Carlos Santana qui n’a que d’admiration pour Salif Kéita", reconnaît la charmante Amy-D.

La confiance pour sauver le mariage
La musique lui a en partie rendu l’amour qu’elle lui porte parce qu’elle lui a permis de rencontrer son mari, Lassine Coulibaly "King Lassy Massassy". "Nous cohabitions à Djélibougou et nous partagions la même passion de la musique. King est membre fondateur des Sofas et des King Da Dja. C’est en partie grâce à lui que j’ai intégré ce dernier groupe. Nous avions de l’estime l’un pour l’autre et chacun appréciait ce que faisait l’autre. Et cette estime a viré à l’amour puis au mariage", reconnaît-elle avec une contagieuse tendresse.
Le mariage entre deux artistes n’est pas évident. Aminata est de cet avis. Elle avoue en effet que "Cela n’est pas facile, surtout que nous bougeons beaucoup tous les deux. Au moment où je tournais avec Salif, nous pouvions faire six mois à un an sans nous voir. On ne se parlait qu’au téléphone. Si les relations ne sont pas solides et sincères, elles ne peuvent pas survivre à de telles séparations. Heureusement, notre amour s’en sortait toujours fort et passionné". Pour elle, dans ce genre de mariage il faut privilégier surtout "La confiance ! Comme dans toutes les relations humaines, la confiance est primordiale. Surtout pour des gens qui vivent loin l’un de l’autre. Il ne faut jamais avoir des préjugés ou écouter les ragots. Généralement, les artistes n’ont pas bonne presse sur le point de vue sentimental. Le plus important, c’est d’être tranquille avec sa conscience et de se respecter mutuellement".
L’épouse adorée ne tarit pas d’éloges sur son charmant et talentueux mari. "Son apport est inestimable. Il m’a beaucoup appris dans le show biz. Je savais chanter, mais je ne savais rien du rap. Il m’a aidé à m’intégrer dans le Mouvement Hip Hop en m’apprenant à rapper. Il m’aide à composer mes chansons, à écrire mes textes, à faire les rimes... Sans compter son soutien sans faille en toute circonstance", reconnaît-elle. Mais toujours est-il qu’elle est capable vous êtes capables de tout plaquer pour la musique.

Le rap est un genre engagé et les rappeurs sont mieux placés pour sensibiliser les jeunes sur certains fléaux comme la pandémie du VIH/Sida. Par rapport à cette pandémie, la rappeuse engagée prêche la prudence et le sens de la responsabilité. "Il ne faut pas que les gens se voilent la face pour risquer leur vie par des comportements irresponsables. Le Sida est une réalité même si elle fait moins de ravage dans notre pays comparativement à d’autres. Mais, ne ce n’est pas une raison pour prendre des risques. Les jeunes ne doivent donc pas accepter de jouer avec leur vie", conseille-t-elle.

Le VIH/Sida, une affaire de tous
Pour la mère de famille, "Les jeunes filles doivent faire particulièrement gaffe parce que on constate qu’une grande majorité des personnes infectées en Afrique sont des femmes. Chacun œuvre davantage à sensibiliser les gens qui ne croient pas toujours à la réalité du VIH/Sida". Pour ce qui du comportement à l’égard des personnes vivant avec le VIH/Sida, Aminata souhaite que "Tout le monde prenne des comportements responsables vis-à-vis de nous-mêmes et à l’égard de ceux qui sont déjà infectés. Ces personnes ont besoin de toute notre attention et de toute notre affection. Nous ne devons pas les culpabiliser et les accabler. Nous devons au contraire les soulager afin de leur permettre de vivre avec le VIH/Sida sans se sentir discriminer ou stigmatiser. Nous devons singulièrement nous préoccuper des femmes affectées et des orphelins de la pandémie afin qu’ils bénéficient des meilleures prises en charge sur le plan social et psychologique".

La prostitution clandestine est aussi une préoccupation de la jeune artiste. "Je suis réellement inquiète de la proportion que la prostitution clandestine prend dans nos pays, surtout au Mali. Et ce ne sont pas les filles seulement, même les jeunes hommes se prostituent de nos jours", s’inquiète-t-elle. Même si elle condamne cette progression de fléau social, Mimi se garde de critiquer celles qui y s’adonnent.

"Je me garderais de juger ceux qui s’adonnent à cette perversion. Elles ont leurs raisons. Certaines filles se justifient par la pauvreté de leurs parents. Ce qui les poussent à chercher des moyens de survie. Mais, je sais que beaucoup le font aussi par vice et non par nécessité. Comme je le disais plus haut, le mimétisme mène à toutes les perversions. Le plus souvent, on n’a pas besoin de se prostituer pour avoir le minimum vital. Mais, on est par contre obligé de prendre des chemins tordus pour vivre au-dessus de ses moyens. Toutes les filles veulent être "branchées" sans tenir compte des moyens de leurs parents ou de leurs propres revenus. Cela conduit sur des pentes glissantes", analyse la sulfureuse révélation du Hip Hop au Mali. "Par ailleurs, les hommes ont une grande part de responsabilité dans cette croissance de la prostitution. Le plus souvent, ils profitent de la cupidité, de la soif du luxe de ces filles ou de ces garçons pour assouvir leur vice", ajoute-t-elle.

La monogamie, un abri moins sûr
Quid de la polygamie ? "Je ne pense pas que le problème se pose en termes de oui ou non. C’est une question de choix. La monogamie n’est plus un abri sûr pour les femmes. Combien d’hommes font cette option et entretiennent pare la suite de nombreuses maîtresses et concubines ? Ils signent la monogamie pour vous faire plaisir. Mais, dès qu’ils voient une autre, ils vous délaissent surtout si vous refusez le changement de statut. Ils sont nombreux que les monogames qui ont de nombreux foyers", explique la sublime reine de King.

Une situation qui découle le plus souvent d’un choix stratégique. "A défaut d’avoir mieux, beaucoup de femmes se contentent du mariage religieux. Et généralement elles vivent mieux que leurs coépouses. Polygamie où monogamie, l’essentiel dans un couple c’est la compréhension, la communication, les échanges d’idées, le respect mutuel. A partir de là tout est négociable", souligne Mimi. Elle s’empresse de préciser, "Je ne pense pas que cela soit vraiment nécessaire. Nous nous aimons, ça me suffit largement. Le jour où il voudra prendre une autre épouse, j’espère qu’il aura des raisons valables de faire. Au rythme où va le monde, je pense que la monogamie est une question de sagesse, de bon sens et non d’émancipation féminine". Pour le moment leur amour se nourrit de la confiance réciproque. N’est-ce pas l’essentiel dans un couple ?

Par Aïssata Bâ

- Contact Mimi :
- Bamako : (223) 681 16 57
- Paris : 00 336 19 03 84 65