Dicko Sacko, jeune cantatrice : Une forte entrée dans le show biz

L’année 2006 a été assez riche en révélations au niveau de la musique malienne. Naviguant aisément entre tradition et modernisme, elles sont nombreuses les jeunes cantatrices qui ont fait leur entrée dans le show biz ces derniers mois. Et Dicko Sacko est loin d’être la moins talentueuse. Avec une voix superbe rappelant souvent celle de Amy Koïta, elle a mis assez d’ingrédients dans sa première « galette » pour mieux se positionner sur la scène musicale nationale.

La trentaine assumée avec charme et élégance, Dicko Sacko vient de donner une allure plus dynamique à sa jeune carrière d’artiste. En effet, depuis quelques mois, son premier album est dans les bacs.

Un album riche et varié parce que l’artiste navigue entre tradition et modernisme. L’ingratitude, les commérages, les difficultés de la vie conjugale, l’amour, les faits de société et les péripéties de la vie quotidienne sont au cœur des compositions de l’étoile montante de la musique malienne.

Un album agrémenté par la superbe voix de Mangala Camara avec qui l’artiste fait un duo fascinant et captivant dans « Mon amour », un beau et langoureux cantique d’amour. « Chacun doit veiller tendrement sur l’être aimé », dit-elle en perspective avec une réplique tonitruante et romantique du Géant du Khaso (Mangala). « Mangala a apporté un plus à cet album. Je le remercie pour sa disponibilité », souligne la native de Ouolofobougou (Bamako).

Cet album ne manque pas de charme avec la puissante voix de Dicko souvent reprise en chœur par les douces et sublimes voix de Kady Sylla et surtout de Mariam Tounkara dite Mbaou, une autre révélation de la musique malienne en cette fin d’année.

Les mélodies n’en sont pas moins séduisantes et captivantes. Sur ce plan, l’opus n’a pas également trop à envier à beaucoup d’œuvres sur le marché discographique parce qu’elle a su réunir autour d’elle des virtuoses comme Ousmane Kouyaté, Modibo Diabaté (guitare solo), Alou Sissoko (bass), Barou Diallo (clavier)... L’autre atout de plus, c’est que Toumani Diabaté, le Prince de la Kora, a participé à l’arrangement de cet album avec Fanta Madi et Mamadou Kouyaté.

Comme tout accouchement, la sortie de cette première œuvre n’a pas été chose aisée pour la jeune et joviale cantatrice. « La sortie de cet album s’est heurtée à beaucoup de péripéties. J’ai fini avec la maquette depuis 2004. J’avais des promesses qui n’ont jamais été respectées. C’est suite à un séjour en France que les choses se sont débloquées et j’ai pris la responsabilité de m’auto-produire », explique-t-elle de sa voix suave.

Malgré quelques difficultés de promotion, l’album est en train de se frayer un chemin dans les hits nationaux. Le titre « Mon amour » (le featuring avec Mandala) figure en tout cas en bonne place parmi les meilleures chansons maliennes de cette année.

Nourrie aux sèves nourricières du griotisme, Dicko n’a pourtant été à aucune école de cantatrices. Elle n’a presque pas non plus connu d’expérience de choriste. Mais, elle aime s’inspirer de grandes cantatrices comme Tata Bambo Kouyaté.

Pour elle, chanter c’est «  mon destin ». Un destin qu’elle s’est forgée depuis sa tendre enfance. « Mes copines de jeu ont été mes premiers fans. Et petit à petit, le cercle de mes admirateurs s’est élargi et j’ai commencé à me faire une réputation dans mon quartier, dans ma commune puis dans le district voire tout le pays », nous explique-t-elle.

Après avoir conquis Bamako elle a charmé des régions comme Sikasso et Mopti avant de se frayer une brèche vers la sous-région, la Guinée-Conakry notamment où elle a fait sensation.

Et récemment, elle avait été invitée en France pour une série de spectacles. N’ayant pas encore son propre groupe, Dicko n’a pas néanmoins de problèmes à rassembler les instrumentistes pour ses concerts.

« Je suis respectée des instrumentistes et il n’y pas de rivalité entre moi et d’autres griottes », indique-t-elle. Ce qui est un atout considérable dans la réalisation de ses ambitions. Parce que, en attendant de goûter au bonheur de la vie conjugale (elle est fiancée), Dicko rêve d’être une grande cantatrice et une star de la musique pour contribuer au rayonnement de la culture malienne.

Le visage qu’elle nous démontre sur son premier album, assure que ce défi n’est pas au-dessus de son talent encore insoupçonné.

Aïssata Bâ

06 octobre 2006.