Fatoumata Diawara : Gracieuse comédienne, sublime chanteuse

Au Mali, on l’a connu comédienne. Mais, aujourd’hui, elle électrise les salles de spectacles pas sa sublime voix. Fatoumata Diawara, c’est d’elle qui s’agit, est une artiste accomplie au sens noble du terme. Cette jeune comédienne et chanteuse, qui allie grâce et beauté, a une grande sensibilité et une énergie incroyable.

Comédienne, danseuse et chanteuse de nationalité malienne, Fatoumata Diawara vit actuellement à Paris. Elle a très tôt eu la chance de pouvoir jouer la comédie, chanter, danser et jouer dans des films avec des réalisateurs talentueux (Cheick Oumar Sissoko, Sotigui Kouyaté et Dani Kouyaté) et des troupes formidables (Mandeka Théâtre, Royal de Luxe).

Comédienne depuis plus de 10 ans, Fatoumata est aussi passionnée de chanson. Elle est repérée et sélectionnée au Mali en 2002 lors d’un casting (parmi plus de 100 candidates) pour intégrer le « Royal de Luxe » Une troupe de théâtre de rue avec laquelle elle a depuis fait le tour du monde.

En Novembre 2006, elle retourne à Bamako pour assurer un rôle féminin majeur dans, « Bintou Wèrè, l’Opéra du Sahel ». Remarquée par Cheick Tidiane Seck, directeur musical du très beau projet musical « Red Earth » (Terre rouge) de Dee Dee Bridgewater où le jazz retrouve ses racines africaines, elle rejoint la crème des musiciens maliens pour enregistrer le dernier album de la diva américaine.

Trois mois plus tard, la star l’invite à chanter avec elle 4 chansons sur la scène du Bataclan (Paris) lors de ses concerts des 29 et 30 Mars 2007 ! « Ce furent pour moi des moments inoubliables », se rappelle le jeune talent. Elle l’a ensuite accompagné sur certaines dates de sa tournée estivale.

Entre temps, on a revu Fatou à l’écran dans « Il va pleuvoir sur Conakry » du Guinéen Cheick Fantamady Camara. Ce film a d’ailleurs eu le prix du public, sponsorisé par Radio France Internationale (RFI), lors de l’Edition 2007 du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO).

Elle y joue un rôle majeur à l’image de celui qu’elle interprète merveilleusement dans « Sya, le rêve du Python » de Dani Kouyaté. Quelques années plutôt, elle s’était révélée aux cinéphiles grâce à « Genèse » de Cheick Oumar Sissoko. Une œuvre dans laquelle elle s’est illustrée aux côtés des légendes comme Balla Moussa Kéita (paix à son âme), Salif Kéita, Habib Dembélé, Maïmouna Hélène Diarra, Fatoumata Coulibaly... Même si elle aime dire, « je ne ressemble à personne d’autre qu’à moi-même ».

Autre expérience très forte, vécue au début 2007 : Elle a passé deux semaines au Chili, à Santiago, avec la compagnie Royal de Luxe avec laquelle elle travaille depuis plusieurs années. Elle a chanté le 4 février 2007 avec le groupe de rock « Les balayeurs du désert », devant 300.000 personnes ! Un vrai triomphe !

Marquée par cette expérience si forte qu’elle n’est pas prête de l’oublier, Fatoumata Diawara se donne pour ambition de revivre et partager de tels instants. Elle se lance alors totalement dans l’aventure musicale.

Elle chante maintenant ses propres compositions avec son groupe dirigé par Abdoulaye Traoré, un prodige de la guitare mandingue qui, depuis plus de 10 ans, accompagne de nombreux artistes ivoiriens (Ballets Koteba, Aïcha Koné...).

Assurément, cette talentueuse et belle jeune femme a un avenir lumineux qui s’ouvre maintenant devant elle. Soutenue par un trio de musiciens exceptionnels, elle insuffle un vent nouveau à la musique traditionnelle malienne.

Ses compositions parlent de l’exil, de la mondialisation destructrice et des souffrances des hommes, des femmes et des enfants de la planète. Elles évoquent également l’amour et espoir d’un monde meilleur.

Ce qui n’est pas surprenant puisque les Oumou Sangaré, Nahawa Doumbia, Coumba Sidibé, Rokia Traoré, Whitney Houston, Mary G. Blige, Mariah Carey, Fela Kuti, Salif Keïta, Cheick Tidiane Seck, Tiken Jah Fakoly... sont ces idoles et ses références musicales.

Présentement, Fatoumata Diawara est une fois de plus au cœur de l’actualité grâce à un retour réussi sur le plancher. En effet, en mai 2007, elle a eu l’honneur et la joie d’être choisie pour interpréter le rôle titre de « Karaba » dans la comédie musicale « Kirikou et Karaba ».

La comédienne tient naturellement le beau rôle dans cette mise en scène du dessin animé « Kirikou et la sorcière » par le chorégraphe Wayne McGregor. Ce dernier a adapté avec délicatesse le conte pour enfants de Michel Ocelot.

Et dans ce brillant spectacle, Fatou distille l’enchantement. Comme d’habitude, la Malienne est très éblouissante dans son rôle de « sorcière ». Elle est d’ailleurs l’une des grandes attractions de cette mise en scène déjà bien accueillie par la critique française.

Rien ne semble arrêter cette fille débordante d’énergie dans son ascension dans tous les domaines de l’art. Et tout porte à croire qu’elle a encore d’autres cordes non encore utilisées à son arc et qui ne manqueront pas de nous éblouir, de nous fasciner comme le charme et le talent de la comédienne, de l’artiste !

Aïssata Bâ

Octobre 2007.