Les pièges du destin : Des destins qui se croisent continuellement

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Le roman de Mama Kâaba Soumaré « Les Pièges du destin », édité aux éditions Jamana, a retenu l’attention du jury présidé par Ntji Idriss Mariko. Le « Prix du premier roman » de la rentrée littéraire doté d’une valeur d’un million lui a été décerné. Absente lors de la cérémonie de remise, son prix a été remis à son époux, M. Coulibaly.

« Les Pièges du destin », un roman de 231 pages est l’histoire passionnante et riche en rebondissements de destins qui se croisent continuellement. Il met à nu les réalités d’une Afrique « moderne » paradoxalement accrochée aux traditions comme la polygamie, la classification des hommes de castes, la grande autorité qu’exercent les parents sur leurs enfants. Il met en scène des acteurs incontournables, encore aujourd’hui, dans la société africaine : le griot, le divin, le traditipraticien.

Mme Coulibaly, Mama Kâaba Soumaré, détentrice d’une maîtrise en droit et d’un diplôme de 3e cycle en finances au Sénégal, explore avec beaucoup de réalisme l’amour, la jalousie, la douleur morale, mais aussi des qualités humaines devenues aujourd’hui rares comme la générosité, le courage. Dans ce roman, elle aborde avec tact les difficultés d’un couple à vivre avec le VIH/Sida sous le regard de la société.

Nènè, le personnage central, est particulièrement attachante pour sa détermination, son courage et sa grande générosité. Nènè est amoureuse de Mady, mais c’est Youssouf qu’elle va épouser. Elle partagera avec lui huit longues années de souffrances, mettra au monde deux filles, avant de se décider à le quitter.

Contre toute attente, Nènè se remet en ménage avec Youssouf alors que celui-ci est atteint de VIH/Sida et de cancer. Avec dévouement, elle l’accompagne jusqu’à la fin de ses jours. Nènè devient ensuite la seconde épouse de Mady : immuable, son amour pour ce dernier la pousse dans les liens de la polygamie qu’elle a toujours désapprouvée.

Mama Kâaba Soumaré, après avoir vécu plusieurs années au Sénégal, est présentement au Mali. Elle dirige aujourd’hui une structure de micro finance. Bon vent Mme Coulibaly !

Amadou Sidibé - Les Echos

Février 2008.