Miss Sahel 2008 : L’ivoirienne Inès Stéphanie da Silva Battista enlève la couronne

C’est à l’issue d’une belle soirée qui a duré 3 heures d’horloge, que l’Ivoirienne Inès Stéphanie Da Silva Battista a été sacrée, samedi, Miss Sahel 2008 par un jury présidé par le grand styliste nigérien Alphadi.
La soirée s’est déroulée dans la salle Djéli Baba Sissoko du Centre international de conférence de Bamako. Inès Stéphanie Da Silva Battista succède ainsi à la Burkinabé Alida Julie, qui a remporté le titre en 2006. Le concours n’a pu se tenir en 2007.

La belle ivoirienne gardera cette couronne jusqu’à la prochaine élection prévue à Bamako dans un an. Cette étudiante en journalisme âgée de 19 ans rêve de devenir présentatrice de TV. Selon Alphady, le jury s’est déclaré très vite et à l’unanimité pour la candidate de la Côte d’Ivoire.

A travers ses différentes qualités, elle répondait le mieux aux critères internationaux d’une miss : beauté naturelle et charme, proportionnalité de la taille et du tour de hanche/corps, représentativité physique, mensurations, concordance vestimentaire, sourire, démarche et autres.

Elle a reçu, entre autres récompenses, un chèque d’un million de Fcfa, une 4X4 OumSang offerte par la diva Oumou Sangaré, marraine de la soirée, un billet d’avion aller-retour sur Paris et divers cadeaux offerts par les nombreux sponsors.

C’est la Sénégalaise Aminata Dieng qui a été élue première dauphine. Elle a reçu un chèque de 750.000 Fcfa, un aspirateur et de nombreux cadeaux. La troisième marche du podium est occupée par l’une de nos représentantes, Fatoumata Condé. Elle obtient un chèque de 500.000 Fcfa, un graveur de CD et divers cadeaux.

La manifestation organisée par Mme Rosie Bouzaz, directrice de l’agence de communication "En Vogue", est à saluer pour la maîtrise de la soirée et de son timing. Mme Bouzaz a expliquer son ambition de valoriser la beauté africaine et particulièrement celle du Sahel.

Auparavant les 14 candidates venues du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, de Guinée Conakry, du Mali, du Sénégal et du Togo avaient rivalisé de beauté, d’élégance, de grâce et d’éloquence au son de la musique de Baba Salah et d’un jeune musicien malien, Zouzou.

Youssouf Doumbia
L’Essor

Mars 2008.