Prix RFI Découvertes : La Tchadienne Mounira Mitchala couronnée

Le Lauréat, du moins la Lauréate du RFI Découvertes 2007 est connue depuis le 8 décembre 2007. Il s’agit de la Tchadienne Mounira Mitchala. Elle l’a emporté devant Blick Bassy (Cameroun) et SSK (Sénégal) à l’unanimité du jury présidé par le Rossignol Manding, Salif Kéita. L’événement a eu lieu en fin d’année 2007 au Stade du 28 septembre de Conakry (Guinée).

C’est dans un Stade du 28 Septembre des grands jours que le jury présidé par le chanteur malien Salif Keita a porté son choix, à l’unanimité, sur la belle voix de Mounira Mitchala. La jolie Tchadienne à la voix limpide a illuminé le grand stade de Conakry, surclassant d’autres concurrents sénégalais et camerounais grâce surtout à un timbre de voix langoureux et des prestations d’une grande teneur.

Il faut dire que Mounira Mitchala se distingue toujours comme une artiste profondément ancrée dans la modernité. Avec ce sacre, elle récolte sept mille euros et une bourse d’aide de développement de carrière de douze mille cinq cents euros alloués par le ministère français des Affaires étrangères. Il lui rapporte également une tournée et une campagne de promotion pour le reste de sa carrière.

A 28 ans, celle que l’on appelle « la panthère douce de Ndjamena » a l’occasion de faire une belle carrière à l’image de ses devanciers, dont l’Ivoirien, Tiken Jah Fakoly. « J’espère que ce prix aidera à ramener la paix dans mon pays déchiré par la guerre », avait-elle déclaré au lendemain de son sacre. Elle a en effet dédié son trophée à son pays, le Tchad.

Avant d’éclater sur la scène, Mounira Mitchala a fait des apparitions remarquées sur scènes aux côtés d’Ismaël Lô et Tiken Jah Fakoly. En 2005, elle se produit en tournée mondiale aux côtés des « African Divas », groupe mêlant électro et musiques traditionnelles africaines.

Un timbre de voix langoureux et des prestations scéniques d’une grande teneur, font de Mounira Mitchala l’une des artistes émergeantes de son pays voire d’Afrique. Auteur, compositeur, interprète de son premier album « Talou Lena », ses compositions respirent le parfum de la tradition tchadienne tout en étant ancrées dans la modernité.

Aïssata Bâ

Mars 2008.