Une comorienne au Mali

Parle-nous un peu de toi !!!
Je me prénomme Sophie et je suis originaire des îles Comores. Actuellement, je réside dans la région parisienne (à Evry dans le département de l’Essonne 91).

Comment as-tu connu le Mali ?
Comme je vous l’ai dit, j’habite à Evry depuis une quinzaine années. J’y ai fais la rencontre d’une famille malienne : les Touré. Voulant connaître un peu plus le Mali et ses traditions, j’ai décidé de partir en vacances avec mon amie dans sa famille à Bamako.

Quels ont été tes premières impressions ?
Mes impressions sont assez mitigées !!!! Bon, je vais essayer d’ordonner mes idées car j’ai beaucoup de choses à dire. Tout d’abord, dès mon arrivée à l’aéroport de "Bamako-Sénou International", j’ai été surprise par le manque de moyen à tous les niveaux mais plus particulièrement pour récupérer les bagages. Le voyage étant plutôt long, l’attente m’a semblé interminable sans oublier le manque total de tact de la part des autorités et employés locaux face aux étrangers. Je ne m’attendais pas à un aéroport ayant l’envergure de Roissy Charles de Gaulle mais quand même !!!!!

As-tu testé notre fameux moyen de locomotion, le Sotrama ?
Dés le deuxième jour, j’ai débuté ma visite de la capitale Bamakoise. J’ai pris le fameux Sotrama !!!! Je vous laisse deviner ma surprise face à un tel manque de sécurité envers les passagers et les autres véhicules. Je ne parle même pas du fait que l’on soit entassé comme de la marchandise. Sans compter le manque d’honnêteté de certains apprentis qui n’hésitent pas à augmenter leur prix dés qu’ils voient des étrangers. Ces véhicules sont prêts à tout pour augmenter leurs recettes et n’hésitent pas à mettre leur vie mais également celle des autres en danger. Autre chose, ils se permettre de changer leur destination avant la fin de la course pour récupérer d’autres clients. Je me demande si nos vies méritent que l’on prenne de tels risques pour quelques pièces en plus.

As-tu été dans le centre de Bamako ?
Oui, je m’y suis rendue dés le deuxième jour, et je vous laisse deviner par quel moyen de locomotion !!!!!! D’ailleurs "Rail da" fut le premier lieu que j’ai visité. Le manque d’hygiène est la première chose qui me vient à l’esprit. Cette gigantesque place est bondée de monde : il est possible d’avoir côte à côte les mêmes marchandises vendues et des vendeurs entassées sur les trottoirs bloquant le passage des piétons. J’avoue avoir été choqué par ce que vous appelez capitale !!! C’est dans ce sens que j’ai du mal à comprendre. Une capitale est sensée représenter le pays et être le lieux le plus attractif. Rien ne m’a vraiment attiré lorsque j’ai vu ces rues. Avant de venir au Mali, j’ai été averti par des amis de ces "petits"désagréments mais je voulais me faire ma propre idée. A présent, j’ai vu, merci Sidi !!!

Mais dans ta description, il n’y a que du négatif. Alors, la vie à la malienne ne te plait donc pas ?
On m’a demandé de parler de mes premières impressions donc je les donne. Je n’ai pas une vision uniquement négative, au contraire, j’essaye de retranscrire fidèlement mes impressions. Ne pas aborder ces remarques n’aurait pas étaient objectif. Malgré tout cela, je n’ai pas que des choses négatives à dire. Rien n’est parfait, il y a du bon comme du mauvais. Mon séjour à Bamako se déroule parfaitement bien. Il existe des lieux exceptionnels et j’ai remarqué que de nombreux endroits sont en voie de réhabilitation. Preuve que la population malienne est consciente du problème. Les moyens mis en œuvre pour améliorer la vie sont impressionnants et beaucoup de structures travaillent en collaboration avec des structures étrangères.

De plus, la population malienne est très active. L’artisanat semble être le moyen le plus efficace pour gagner sa vie. Face à cela, je ne peux que rester admirative : tout est fabriqué manuellement. Tout ce qui est réalisé par les machines en France est produit manuellement ici. A cela, j’aimerai ajouter que l’une des qualités essentielles de la population malienne est l’hospitalité, la chaleur humaine. Ou que l’on se rend, on est très bien accueillie !!!! Le respect de l’autre constitue également une valeur omniprésente.

Revenons aux organismes dont tu parlais plus haut. En as-tu visité quelques uns ?
Effectivement, j’ai eu l’opportunité de rencontrer plusieurs personnes appartenant à des organismes visant à améliorer la condition de vie des maliens. Leur détermination m’a beaucoup touchée car cela permet de mettre en place de nombreuses actions. Moi-même étant membre de l’association Ethni Cité, nous envisageons d’organiser des chantiers en collaboration avec des structures ayant des projets en cours. Beaucoup de jeunes maliens soucieux du devenir de leur pays contribuent à l’amélioration des conditions de vie de leurs compatriotes. De telles initiatives méritent des aides car le Mali dispose d’importantes richesses qu’il ne sait pas encore exploitées. Je reste convaincue que dans quelques années, le Mali réussira à faire face à ses difficultés et sera alors en plein essor économique.

Ton mot de la fin
Mon séjour à Bamako demeure à ce jour plus qu’agréable même si le soleil n’a pas toujours été au rendez-vous (saison des pluies oblige !!!). Les personnes qui m’entourent sont très attentionnées à mon égard malgré que je ne comprenne pas grand-chose pour ne pas dire rien du tout au Bambara. Cet handicap n’enlève en rien à la magie de mon séjour car chaque jour j’apprends beaucoup et je sais que je leur apporte aussi. Je tiens à remercier tout les maliens que j’ai pu rencontrer et tout particulièrement les membres de la famille de mon amie pour tout ce qu’ils font pour moi. Je les remercie également pour leur accueil chaleureux et hospitalier. Je n’oublierai jamais mon séjour à Bamako.

Enfin, pour bien finir, Aw nitché et Cambé san vrai !!!!!!

Kadiatou Touré Une amie de Sophie, vous l’aurez compris